Nouvel arrivage de goodies pour les concerts !

Bonjour à tous, ça faisait longtemps n’est ce pas ? 🙂

Plusieurs nouveaux goodies ont débarqués sur la boutique ! Nous allons donc en faire une petite récap’ ici.

  • T-Shirt « Douceur » – impression totale

S1270039 S1270041

Ce T-shirt ainsi que le suivant fait partie des 2 T-shirt en impression totale qui ont été réalisés grâce à vos votes.

L’impression est nette et très précise : on peut voir le moindre petit trait du dessin d’origine ! Ce dernier est d’ailleurs le même que sur le mug. Pas de panique, l’impression est bien bleue et non pas violacée comme les teintes de la photo pourrait le laisser penser.

Sa composition en fait un T-shirt très agréable à porter et fluide. Il se lave également très facilement.

  • T-shirt « Iron ALYS » – impression totale

S1270059 S1270060Comme pour son homologue du dessus, ce t-shirt est très agréable à porter, facilement lavable et imprimé avec précision !

 

 

 

 

 

Il reprend le design de la tenue d’ALYS et est même imprimé au dos !

ALYS Concept art by Saphirya

 

 

 

 

 

 

  • Sac tissu « totebag »

S1270049 S1270048Un nouvel arrivant, le sac en coton !

Encore une fois, l’appareil a donné une teinte violacée à ALYS mais le produit original et bel et bien bleu foncé. 🙂

La capacité du sac plus grande qu’il n’y parait vous permettra de transporter tout ce dont vous avez besoin en convention !

Et en plus vous savez quoi ? C’est du 100% made in France. 😉

  • Poster ALYS – taille A3 (et A2)

Template Petit format

Le poster A2 était l’un des premiers goodies que nous vous avons proposé sur les stands de convention. Pour plus de facilité de transport et d’affichage, nous vous les proposons à présent également en taille A3, en plus de la taille A2 !

Ils sont cependant assez difficiles à transporter, le mieux reste de les reserver via le Shop si vous voulez avoir le votre en convention. 🙂

 

 

  • Le bracelet silicone phosphorescent bleu ALYS !

bracelets silicone ALYSLa grande star de ces nouveaux arrivages c’est bel et bien ce bracelet silicone ! Il a été pensé spécialement pour les concerts à venir. De jour, vous pourrez afficher le nom, la couleur et le symbole de votre égérie préférée, mais également de nuit !
L’impression et la gravure ont été pensées pour que même de nuit, la lecture soit possible !

Ainsi, dans la pénombre des lives, il vous suffira de lever bien haut la main pour vous faire voir, pas besoin de glowstick !

Ces bracelets sont vendus par lot de 5 (avec tarif préférentiel) sur l’E-shop et seront disponibles à l’unité uniquement en convention.

 

Voilà ! Promis nous ferons de notre mieux pour ramener un maximum de goodies avec nous lors des conventions ! On vous attend dès ce week-end au Japan Tours Festival, et à toutes les autres conventions qui suivront ! N’oubliez également pas le livestream de demain si vous avez des questions !

 

Bonne journée à tous ! Que le SHL soit avec vous ! <o>

Vanmak

 

 

Nouvel arrivage de goodies pour les concerts !

Pourquoi c’est dur ? – Ou comment Joffrey fait pour que les gens aiment sa fille.

Disclaimer : Dans cet article je suis extrêmement grossier et vulgaire, j’emploie des mots comme geek et otaku. Alors non par geek je ne veux pas dire un « imbécile », et par otaku je ne veux pas dire « toit ». Je veux juste désigner la catégorie de population qui, de près ou de loin, adopte des pratiques qui touchent à la nouvelle pop culture, notamment et non exhaustivement : manga, comics, bandes dessinées, jeu vidéo, souvent japonais ou indépendants, J-music, metal, musique utilisant des synthétiseurs vocaux en provenance du Japon, rôlistes (papier ou grandeur nature), romans fantastiques ou de science fiction, webcomics, fréquentation de salons, concerts, événements ayant trait aux éléments sus-cités, etc.

Je me décharge de toute responsabilité concernant le fait que vous n’assumiez pas d’être un-e gros-se otak’, et ce sans référence aucune à votre poids, votre sexe, votre genre, votre nationalité ou même votre religion.

Ca ne me ressemble pas de faire un article de ce genre, mais ça me semble malgré tout nécessaire, à l’occasion, de vous présenter les nombreuses difficultés que nous rencontrons sur notre passage. Non pas qu’elles soient insurmontables : mais enfin, elles sont là, et ça fait partie du projet !

Soulignons en effet que développer ALYS, c’est tout sauf une partie de plaisir : si pour vous, le design d’ALYS semble absolument naturel, et si pour vous, écouter une voix synthétique va de soi, pour beaucoup ça n’est absolument pas le cas. Et le problème c’est que beaucoup des personnes pour qui ça ne va pas de soi détiennent les clefs d’éléments vitaux pour notre projet (financement, par exemple). Nous ne pouvons donc pas passer outre, mais bien être pédagogue et convaincre. Un bon exercice, au final !
Il ne s’agit donc pas d’être larmoyant ou de se poser en victime (un obstacle, c’est fait pour être surmonté), mais de poser un constat : développer ALYS, ça prend du temps, parce qu’il faut convaincre !
Evidemment nous avons eu également plusieurs succès, et nous aurons d’ailleurs bientôt l’occasion de vous en mentionner un qui devrait changer les choses. Disons que nous pourrions bien avoir rapidement pignon sur rue… 😉

Bref, fondamentalement, ALYS vise à 1) développer un outil créatif à destination des jeunes, pour leur permettre d’avoir la chanteuse dont ils ont toujours rêvée, 2) créer une référence culturelle pour ces mêmes jeunes, qui sont le plus souvent des geeks ou des otaku (comme nous, évidemment), mais aussi plus souvent des femmes que des hommes (60% d’entre vous êtes des filles).

alyscroquis_by_saphirya-d79ssgd

Voici donc une petite liste  non-exhaustive des critiques que nous avons pu recevoir, que nous vous laissons questionner :

– « Pourquoi un personnage de manga ? Puisqu’elle chante en français, vous n’auriez pas pu lui donner un style français ? C’est un peu trop risqué non ? »

Tout le problème est : qu’est-ce que le style français ? En France, nous avons un style par auteur. Et a fortiori, la plupart de ces styles sont inspirés de l’étranger ! Par exemple, saviez-vous que le character-design d’Astérix par Uderzo était perçu, à son époque, comme « trop américain », à tel point qu’Astérix était perçu comme un personnage Disney ?

Ce qui est normal, puisqu’il avait lui-même tenté de travailler pour la Walt Disney Company à Los Angeles avant de revenir en France (ce qui ne l’a pas empêché de connaître le succès qu’on connaît).

Cette critique est d’autant plus étonnante que la plupart des détracteurs du design d’ALYS dans la sphère otak’ lui reprochent son manque d’originalité. Et qu’a fortiori, le design d’ALYS est fait pour être réapproprié par ses auteurs.

– « C’est la mort du sujet, votre projet. Vous voulez tuer les chanteurs avec des voix normalisées et stéréotypées. »

Cette remarque m’étonne toujours : cela revient à dire que les nouveaux chanteurs tuent les anciens, autrement dit que parce que Stromae fait un carton, les gens n’écouteront plus Jacques Brel. Le plus sidérant dans tout cela c’est que, vous l’aurez sans doute remarqué, les voix des chanteurs contemporains sont déjà normalisées et stéréotypées, dans leur immense majorité.

La plupart des producteurs cherchent à faire appel à des voix qui rappellent celles qui ont connu le succès dans le passé, de façon à rappeler des souvenirs à leurs auditeurs. Et par ailleurs, le tuning (en particulier autotune) est abondamment utilisé, de même que tout un panel de techniques issues de l’ingénierie, pour améliorer le rendu des voix enregistrées en studio.

A fortiori, soulignons que derrière ALYS, il y a à chaque fois entre un et six artistes qui sont mobilisés, pour composer (parole et musique), la faire chanter (programmation vocale), la tuner (à savoir modifier l’expressivité de la voix), l’animer/faire une belle illustration, etc. et plus encore si on rajoute les animations 3D de type concert. Bref, de la même façon que les chanteurs contemporains ont autour d’eux une équipe artistique pour réaliser leurs chansons et leurs clips, ALYS dispose d’un entourage significatif.

En clair, si avec ALYS le sujet est mort, « il ne le sait pas encore mais il est déjà mort », pour reprendre le grand Kenshiro.

– « Pourquoi une fille ? Les filles, ça ne marche pas. »

(Je le confesse, j’ai commencé à écrire cet article suite à celui-ci : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/01/30/jeu-video-a-l-ouest-on-a-plutot-l-habitude-de-concevoir-des-heros-masculins_4566842_4408996.html?xtor=SEC-32280688)

L’idée que concevoir une fille soit critiquée me surprend : lorsque nous avons réalisé notre sondage il y a maintenant un an et demi, vous étiez si nombreux à nous faire savoir que vous désiriez qu’ALYS soit une fille, que cela nous a semblé naturel qu’il en soit ainsi.

Il faut croire qu’un mauvais pli a été pris dans l’industrie culturelle qui consiste à toujours faire des personnages masculins, et d’associer aux personnages masculins des traits positifs (force, virilité, air « farouche ») et aux personnages féminins des traits qui le sont beaucoup moins (fragilité, lâcheté, air doux et résigné).

Pour moi qui ai toujours vu comme des références des personnages comme Samus Aran de Metroid ou la Zelda transgenre de Zelda : Ocarina of Time, j’avoue n’avoir jamais pensé que les filles dans le jeu vidéo étaient des personnages « faibles ».

A fortiori, je dois confesser que nous faisons de notre mieux pour faire d’ALYS un personnage dont toutes les facettes puissent être explorées. D’où d’ailleurs ce choix d’en faire un personnage qui s’émancipe dans Avenir, ce qui vous a, je crois, plutôt séduits !

Par ailleurs je ressens plutôt violemment cette critique, étant donné qu’elle porte à ce qui nous unit à vous, à savoir le fait de créer un personnage un peu atypique et différent dans le paysage culturel français. De fait, je ne pense pas qu’ALYS corresponde aux stéréotypes classiques des personnages féminins, même si nous avons pu pécher par orgueil pendant sa conception.

– « Vous dites que votre public est plutôt féminin et otaku, mais les filles otaku ça n’existe pas. »

No comment, j’ai toujours du mal à faire face à cette remarque, à part en disant que « si, il suffit de regarder le succès des yaoi et qui les lit », mais bon.

En fait les Alystes sont des fans de Schrödinger : dans la boite ils sont soit féminins soit otaku, soit les deux.

– « Vous croyez vraiment que ça peut marcher ? Au Japon je comprends, les femmes s’habillent comme des petites filles et ils ont des écrans humanisés, mais ici… Vous auriez au moins pu lui mettre une baguette de pain ! »

En fait cette remarque est la plus énervante parce qu’elle détourne le sujet et oblige à parler du Japon, alors que depuis le début on ne fait que « s’inspirer » d’un phénomène japonais en en reprenant les différentes composantes, et en essayant de les adapter au goût du public français. Il est évident que les artistes en France n’ont pas la même sensibilité que les artistes japonais, et de même pour le public, ce qui implique que de facto, on doit offrir une expérience différente.

Et c’est aussi très énervant parce que ça sous-entend des clichés racistes qui personnellement heurtent frontalement mon éducation. Je pense que la richesse est dans le mélange des genres et des styles dans ce qu’ils ont de riche, et avec toute l’affection que j’ai pour mon boulanger (son pain de maïs est un délice), je ne suis pas convaincu de la pertinence d’une baguette de pain dans un character-design de chanteuse. C’est comme si on demandait à Stromae de chanter avec des frites dans la main.

– « C’est choquant comme tenue ! »

Là on se heurte carrément à un conflit de générations : je crois que l’immense majorité d’entre vous n’a même pas relevé cet élément. Preuve que vous êtes tous corrompus les amis (et nous avec) !

Voilà, vous avez un rapide tour d’horizon de ces critiques qui sont récurrentes à l’encontre d’ALYS, et qui nous ralentissent pas mal puisque forcément, il y a tout un travail de pédagogie à faire pour expliquer que non, on n’est pas en train de tuer les artistes (au contraire), que oui une fille peut lire des manga sans être promise à la damnation, et que par ailleurs, c’est un projet qui soulève suffisamment d’enthousiasme pour apporter quelque chose d’original et d’intéressant, ce qu’il fait déjà par ailleurs.

Et vous, vous avez reçu beaucoup de critiques de ce genre dans votre fan attitude ?

– Joffrey.

Pourquoi c’est dur ? – Ou comment Joffrey fait pour que les gens aiment sa fille.