King Lupin 2K16 – L’invasion démarre !

Ce matin, nous avons eu une surprise aux locaux : DEUX palettes renfermant pas moins de DIX immenses cartons !!

 

12325428_922328734549356_1386347973_n

Nous les avons déballé individuellement…

12319276_922328721216024_1541794033_n

Puis rapatrié dans nos locaux…

Et là… C’est le drame !

 

L’invasion de LUPIN a commencé !!

12498417_922548044527425_1112969381_n


La bête dans toute sa splendeur !

12722052_922494304532799_458191629_n

ET IL MANGE NOS BONBONS !!!

Non, sérieusement, n’est-il pas trop mignon ? En plus il est tout doux, parfait pour faire des câlins (garantis sans griffure).

Vous en voulez un ? C’est par ici : http://shop.voxwave.fr/fr/goodies/62-lupin-peluche.html !

Nous espérons que sa présence vous ravira :3 !

King Lupin 2K16 – L’invasion démarre !

Les soldes d’hiver avec ALYS !

hiverfr

Les soldes d’hiver commencent !

De -10% à -30%, profitez des soldes pour parfaire votre collection de produits ALYS ! Ces soldes couvrent une large gamme de produits, voyons ça ensemble :

Vous avez jusqu’au 16 février pour en profiter alors vite, à vos paniers !

*Dans la limite des stocks disponibles

Les soldes d’hiver avec ALYS !

Créez la chanson de Noël avec nous

Lupin
Chanson en chantier !

Comme l’an dernier avec Pr☆messe, nous vous proposons de participer à la conception du clip de Noël d’ALYS… mais aussi à l’écriture des paroles. De plus, cette année les paroles seront écrites par l’équipe de VoxWave au complet !

Noël, c’est avant tout l’anniversaire de Sieur Lupin (et de Lachesis mais ça, on s’en fiche). Le Maître des Umins a donc décidé de se réapproprier cette fête qui sera désormais une fête en son honneur.

La Saint Lupin !

Envoyez-nous vos plus beau dessins et des mots que vous voudriez voir inclus dans les paroles (nous ferons une sélection) à l’adresse mail contact@voxwave.fr avec en sujet « chanson de noël » avant le 10 décembre !

La fête s’annonce spéciale cette année, n’est-ce pas ?

Créez la chanson de Noël avec nous

Marche au pas : Interview de Caroline B. (Direction artistique) !

Bonjour Caroline ! Aujourd’hui j’aimerais aborder avec toi la question de la direction artistique de Marche au pas. Peux-tu expliquer en quelques mots à nos lecteurs en quoi consiste ton travail et quels sont ses enjeux ?

Bonjour ! En fait, la direction artistique c’est un peu le travail de l’ombre, ou disons, la colonne vertébrale d’un projet, cachée sous les travaux des artistes qui, avouons-le, méritent davantage d’être mis en lumière. Si je devais résumer l’enjeu général de mon travail, je dirais qu’il s’agit essentiellement d’encadrer, conseiller et coordonner les différents artistes qui interviennent sur un même projet, tout en définissant l’esthétique générale de la création, de façon à ce que chaque élément ajouté soit vecteur de sens, et que l’ensemble soit cohérent.

Après, pour parler de façon plus concrète, parce que tout ceci est bien théorique, nous allons prendre un exemple. Dans le cas de Marche au pas, j’ai donné des indications stylistiques convergentes à Tatsuki et Lachesis au sujet de l’indétermination générique du personnage principal :

Pour Lachesis cela revenait à s’interdire l’emploi de participes passés (qui traduisent un genre masculin ou féminin) dans l’écriture des paroles. De la même façon j’ai contraint le travail de Tatsuki en lui demandant de mélanger des codes graphiques différents. Je lui ai conseillé de s’inspirer de l’esthétique androgyne de certains mangas afin de traduire l’aspect « garçon féminin » de Das. A contrario, pour faire un/e Das « fille masculine » nous ne pouvions pas réutiliser les codes du manga, donc je lui ai suggéré de s’inspirer de la mode vestimentaire tomboy et de certains mannequins emblématiques de cette esthétique très en vogue dans le monde anglosaxon. De façon plus fine encore, si vous regardez les sourcils de Das, vers l’extérieur ils sont dessinés en appliquant les codes graphiques des sourcils « de fille », tandis que vers l’intérieur ce sont des sourcils « de garçon » (une idée de Tatsuki). Et c’est comme ça pour tout.

Il en va en effet de même pour la musique, les paroles, le dessin, l’animation, le mixage… et je pourrais vous donner des exemples dans chacun de ces domaines, si nous en avions le temps et si je n’avais pas peur de vous endormir. En gros, j’oriente, je conseille et je gronde (le « tututu ») les artistes.

Pour résumer en quelques lignes le processus de création de Marche au pas, ça s’est déroulé comme ça : j’ai commencé par rédiger une feuille de route résumant les enjeux et les idées du projet. Elle était valable pour tous les artistes, tous pouvaient s’y référer à n’importe quelle étape de la création.

Contrairement à ce qui se fait d’habitude, on a commencé par les paroles, avec Lachesis. Elle avait une idée assez précise de ce qu’elle voulait raconter mais était presque trop enthousiaste et débordait d’idées (c’est toujours comme ça quand les artistes sont généreux). Je l’ai en fait simplement aidée à raconter le mieux possible l’histoire qu’elle avait en tête, en lui conseillant certaines modifications stylistiques, en la forçant à structurer les mouvements de son texte, en suggérant l’emploi d’un mot à la place d’un autre… toutes les idées viennent d’elle, de mon côté j’ai fait ce qu’on appelle un travail d’éditeur, pour la pousser à s’améliorer et lui donner les outils dont elle avait besoin pour ça.

Avoir un texte structuré, articulé sur une idée générale par couplet, a aidé Alexou à composer la musique. Et pourtant l’exercice était loin d’être facile, réussir à traduire quelque chose d’aussi intime tout en se l’appropriant mais sans le dénaturer… cela tenait de la gageure. Mais Alexou a cette force d’empathie qui a rendu l’expérience possible. Je doute que cela aurait pu aussi bien se passer avec un autre compositeur.

Pour la partie vidéo, j’ai travaillé à la fois avec Tatsuki et Saint. J’ai commencé par écrire un scénario (sur le modèle d’un scénario de bande dessinée) pour guider Tatsuki. À partir de là elle a pu croquer un storyboard que nous avons corrigé ensemble (changer tel angle de vue, corriger telle perspective, supprimer telle image qui était redondante avec celle d’avant et n’apportait rien à l’histoire…). Ensuite elle a passé ses dessins au trait (version noire encrée) et à la couleur, avec à chaque fois des étapes intermédiaires et des corrections. Je savais où je voulais l’emmener, mais il ne fallait pas qu’elle sache que j’avais une idée précise de ce que je voulais qu’elle fasse, pour justement pouvoir se surprendre elle-même. De ce point de vue-ci c’était une très belle expérience parce que j’ai vu (en streaming qui plus est) le moment où elle a eu un déclic. Je me suis bien gardée de le lui dire sur le moment et elle vous dirait qu’elle n’a pas progressé, mais le seul fait d’avoir dû revenir sur ses premiers dessins pour les mettre au niveau des derniers est suffisamment parlant…

Ensuite il a fallu diriger Saint pour que les images, très nombreuses, ne soient pas trop statiques. Comme d’habitude, elle a été force de proposition et a su trouver des façons subtiles d’insuffler de la vie dans les visuels. J’aime beaucoup travailler avec Saint parce que c’est quelqu’un de très scrupuleux et de très respectueux du travail de ses collaborateurs. Elle a une vraie personnalité mais elle ne s’en sert jamais pour écraser le travail des autres, ce qui serait possible étant donné qu’elle arrive en bout de chaîne.

Et on avance comme ça, petit à petit, étape par étape et retouche par retouche. C’est ce travail d’orfèvre et ce souci du détail qui donnent de la profondeur au morceau. Ce sont les « détails vrais », comme les appelaient Maupassant, qui rendent les histoires que nous inventons singulières, vraies et touchantes.

Bref, disons que c’est comme un accouchement collectif et qu’il faut faire en sorte que le bébé prenne le meilleur de chacun des artistes.

3_-_Caroterview_fb
Le harcèlement scolaire est un sujet de société complexe, difficile à aborder. Peux-tu nous raconter un peu la genèse du projet ? As-tu fait des recherches spécifiques avant de te lancer ?

C’est un sujet d’autant plus difficile que sa réalité est différente en fonction des pays où on l’observe. Avant de travailler dans le secteur culturel, j’ai été moi-même professeur, le temps de financer mes études. J’ai vu des élèves subir des harcèlements de toutes sortes et il est vrai que c’est une réalité tellement pernicieuse qu’elle en devient insaisissable. Le projet de chanson sur le harcèlement est parti d’une conversation avec Joffrey, le président de VoxWave, qui me faisait part d’un constat : de nombreux fans rencontrés en convention lui avaient confié être en rupture scolaire, souvent suite à des histoires de harcèlement. On a tout de suite voulu en faire quelque chose de créatif et d’engagé. Parler à notre public, lui dire qu’on l’écoutait. On se sentait responsables de ces témoignages qui nous avaient été confiés et des espoirs d’émancipation que cristallise ALYS et notre projet d’une manière générale.

Mais une fois cette décision prise, il fallait encore réunir une équipe artistique qui soit à la hauteur d’un sujet aussi difficile à traiter, c’est-à-dire des gens à la fois intelligents, sensibles et courageux. De ce point de vue-là, vous l’avez compris, je dois dire que c’est une expérience qui m’a ravie.

Mais pour répondre plus directement à ta question, nous sommes donc partis d’un constat empirique et du vécu de chacun. C’est ensuite, pendant l’élaboration du clip et à chaque étape, que j’ai été amenée à faire des recherches plus spécifiques, sur l’ijime par exemple, sur les chiffres du harcèlement, sur les études de genre…


Comment s’est déroulée la collaboration avec les différents artistes en présence ? D’ailleurs, c’est bien toi qui as proposé à Lightning de rejoindre le projet, si je me souviens bien ?

J’ai déjà plus ou moins répondu à cette question mais ça me fait plaisir que tu me la poses parce qu’elle me donne l’occasion de redire à quel point j’ai été contente de travailler avec chacun d’eux, Alexou, Lachesis, Tatsuki, Lightning et Saint. Globalement, tout s’est très bien passé même si évidemment il a parfois fallu jouer du tututu. Il faut dire que je suis plutôt très sévère, et je le suis d’autant plus quand je travaille avec des gens talentueux. Alors en voyant la qualité de Marche au pas, je vous laisse un peu imaginer mon intransigeance… Pour autant, chaque fois que j’ai émis des critiques, les artistes concernés ont tout de suite réagi de façon positive. C’est une chance d’avoir des collaborateurs qui sont à ce point dédiés à leur travail, concentrés sur sa qualité et conscients des enjeux qu’il porte. Je crois qu’on a tous voulu par ce projet témoigner notre soutien aux jeunes en souffrance.

C’est pour ça qu’effectivement j’ai voulu que Lightning joue la partie guitare du morceau. C’est un excellent guitariste et sa contribution a donné de la profondeur au morceau, une sensibilité supplémentaire. Je pense que parmi tous les instruments c’est la piste guitare composée par Alexou qui porte le mieux l’émotion du personnage, il me semblait qu’il était donc important d’avoir une guitare analogique et pas un instrument synthétique. Lightning était le musicien idéal pour donner ce supplément d’âme au morceau.


Quelle est ta perception des chanteurs virtuels, et notamment d’ALYS ?

À vrai dire, avant d’entrer dans VoxWave je ne m’intéressais pas du tout aux chanteurs virtuels. J’avais bien vu quelques mangas comme Macross Plus qui traitent du phénomène et sur le papier je trouvais ça intéressant, mais dans les faits je n’étais pas convaincue, je me disais que la virtuosité, l’émotion ne pouvaient pas venir d’un robot ou d’un programme. Ce qui fait le génie de la Calas ce n’est pas la perfection technique de son chant, bien au contraire, ce sont ses magnifiques imperfections. Du coup, la propreté clinique de la machine ne me touchait pas. Et puis à force de me faire asticoter par Joffrey j’ai compris que l’émotion ne serait jamais celle d’ALYS, mais toujours celle du programmeur et que le logiciel a beau être froid comme un week-end de novembre à Bjuroklubbfiskelage (c’est en Suède), les sentiments que l’utilisateur fait passer dans la programmation de la voix, eux, sont bien réels ; et à partir de là il n’y a pas de raison qu’ils ne soient pas touchants. Avec ALYS c’est ce que nous essayons de promouvoir et c’est ce projet qui m’a fait changer d’avis sur la question. Depuis j’en apprends tous les jours un peu plus sur cet univers, qui est d’ailleurs beaucoup plus riche qu’il n’y paraît au premier abord.


Comment vois-tu l’avenir du studio ? Quels développements aimerais-tu apporter ?

Je me plais à l’imaginer radieux. Mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir et de nouveaux obstacles se présentent devant nous tous les jours. Je pense que pour dépasser toutes ces difficultés il faudra justement développer le studio et l’amener à explorer d’autres champs, sans se borner à la seule musique. Ça pourrait être l’animation, le spectacle vivant, le jeu vidéo ou encore l’édition. Bref, je crois de plus en plus à la notion d’univers cohérent transmédia et c’est ce que j’aimerais apporter à ALYS.


Un petit mot pour nos lecteurs ?

Vous êtes encore là ? Plus sérieusement, si vous souffrez de harcèlement scolaire, quel qu’en soit le motif (je me refuse à parler de « raison » en cette occurrence), n’hésitez pas à en parler. Certains adultes probablement vous décevront, probablement ne seront pas à la hauteur, mais persévérez, vous finirez par trouver des gens dignes de confiance et qui seront prêts à vous écouter et à vous aider, si vous n’êtes pas en mesure de vous aider vous-mêmes. Et comme je l’avais dit à un de mes élèves qui m’avait demandé, répétant les propos de ses camarades, si je le trouvais « bizarre » : mais enfin, j’espère bien que vous êtes bizarres ! Tous les gens qui m’intéressent et m’ont jamais intéressée ont toujours, d’une manière ou d’une autre, été considérés comme « bizarres » ou « différents » de la masse. Et très franchement, avec la masse, on s’ennuie, comme un week-end de novembre pluvieux à Bjuroklubbfiskelage… (je présente mes excuses à nos éventuels lecteurs suédois, c’est juste que cette suite presque ininterrompue de consonnes me fascine).

Marche au pas : Interview de Caroline B. (Direction artistique) !

Semaine internationale du film d’animation : Tatsuki et le mouvement américain

Comme je vous l’avais promis, nous avons encore quelques petites choses à vous offrir à l’occasion de la semaine de l’animation ! J’ai dû faire usage de beaucoup de pastèque et de persuasion mais aujourd’hui, Tatsuki vous dévoilera comment elle est devenue la mentor de MacGyver (Comment ça les dates ne correspondent pas ? Vous connaissez le TARDIS ? Le temps n’est qu’une grosse boule de wibbly wobbly timey wimey stuff après tout !) lorsqu’elle a donné vie à l’animation circulaire d’Hajime Ni !

Allons-y !

Lachesis


Quand on n’y connait rien en animation, on fait avec ce qu’on a ! C’est loin d’être LA méthode pour animer, étant donné que je ne sais pas comment les animateurs professionnels animent… Il faudrait déjà avoir un logiciel d’animation pour commencer~ Mais allons y avec les moyens du bord et de la motivation plein les pattes !

Voici une petite recette de Tatsu galérienne !

Prenez vos outils en main : un logiciel de dessin et Windows Movie Maker suffiront amplement. Pour moi, ce sera Paint Tool Sai (mon petit compagnon de route).

Pour le turn around d’Hajime ni, j’ai tracé des repères pour garder les éléments du visages alignés.
Savoir où aller est plus simple aussi, c’est pour ça que je séquence l’animation en plusieurs étapes principales for example partir de « face » à « profil ».
Je dessine donc le visage de face puis de profil -un peu plus loin- et je dessine les étapes intermédiaires calques par calques.
[Cliquez sur les images pour les voir en grand. n.d.l.r.]

Premiers repères
Premiers repères

Une fois l’animation brouillon faite, c’est du bricolage, on mets les fichiers dans Wiwi Movie Maker et on trifouille le temps d’apparition de chaque dessin pour essayer d’avoir un rendu fluide. Si ça saccade malgré tout, c’est qu’il faut ajouter un dessin et ainsi de suite jusqu’à être satisfait du résultat !

Toutes les étapes !
Toutes les étapes !
C’est long et délicat parce que parfois ça ne se joue à rien, mais c’est magique de voir ses dessins prendre vie !


Merci beaucoup à Tatsuki pour son témoignage ! Vous pourrez retrouver son travail dans la prochaine sortie du studio : Marche au pas.
D’ailleurs, une super méga giga surprise attend les personnes ayant soutenu ce projet sur Tipeee… Intéressés ?
Vous pourrez aussi retrouver le travail de notre past… Tatsuki favorite sur son compte DeviantArt °3°9

Impressionnant tout ce que l’on peut faire avec peu de moyens, n’est-ce pas ? C’est bien pour cela que vous devez toujours garder cette idée en tête : ce ne sont pas les moyens que vous avez qui importent le plus mais ceux que vous vous donnez !
La magie de l’animation me fera en tout cas toujours rêver, pas vous ?

A bientôt pour de nouvelles aventures dans le monde de l’art et de la création.

Semaine internationale du film d’animation : Tatsuki et le mouvement américain

YWAA #4 : Affiche A3 « ALYS par Ailein »

ywaa4

La quatrième session d’YWAA se fait sur une oeuvre réalisée par Ailein. Elle s’inspire à la fois de la chanson « Sous cette Pluie » présente dans l’album Eveil (vous pouvez retrouver les paroles en fond), mais est un hommage à Watanabe et à son travail sur Cowboy Bepop.

Ailein est une artiste que vous n’avez pas encore croisée dans les réalisations de VoxWave, nous sommes donc très heureux de l’accueillir ! 🙂
C’est une jeune créatrice de 20 ans actuellement en études de communication visuelle.

Mais vous connaissez pourtant peut-être déjà quelques-uns de ses travaux ! Ce n’est pas la première fois qu’elle dessine ALYS.

Participation au concours « ALYS a un an ! »
Participation au concours de design d’ALYS

Vous pouvez retrouver les travaux d’Ailein sur sa page Facebook, ainsi que sur son DeviantArt.

Mais voici l’oeuvre d’aujourd’hui !

alysywaa_rvb

Comme pour chaque session YWAA, vous pouvez commander sur le Shop (-15% de réduction supplémentaire sur cette plateforme -n’oubliez pas de valider le code lors de la confirmation de commande-) ou directement sur les réseaux sociaux en écrivant en commentaire sur la publication dédiée « J’achète ». Nous reprendrons ensuite contact avec vous (pensez à bien activer la discussion instantanée). Les frais de port sont toujours gratuits. Le moyen de paiement est libre (chèque, virement, paypal, etc.).

La session YWAA #4 débute à 19h ce jour et s’achève demain à 19h.

Nous vous souhaitons une bonne acquisition ! 😀

YWAA #4 : Affiche A3 « ALYS par Ailein »

YWAA #3 : Set Wallpapers « Dans mon Monde » par Miky-rei

ywaa3_by_saphirya-d99hcut

La troisième session d’YWAA se fait sur une oeuvre composite de 5 fonds d’écrans réalisés par Miky-Rei à l’occasion de l’anniversaire de sortie de « Dans mon Monde« . Chaque fond d’écran sera dédicacé individuellement à la main à l’aide d’une tablette graphique.

Miky-Rei vous la connaissez déjà pour son travail d’animation 3D et vidéo dans le PV de la première chanson d’ALYS : Dans mon Monde.
C’est une jeune créatrice avec une utilisation privilégiée des programmes MikuMikuDance, After Effect et Photoshop. Ses compositions fantasmagoriques, aussi bien vidéos qu’images, nous transportent dans un univers empli de fantaisie et de sentiments forts et diversifiés.

Miky-Rei a déjà travaillé sur des PV de chansons avant Dans mon Monde. Elle a notamment collaboré avec le compositeur japonais Dog tails, pour le clip de sa chanson REALITY.

Vous pouvez retrouver les travaux de Miky-Rei sur sa page Facebook, ainsi que sur sa chaîne YouTube.

Comme pour chaque session YWAA, vous pouvez commander sur le Shop (-15% de réduction supplémentaire sur cette plateforme -n’oubliez pas de valider le code lors de la confirmation de commande-) ou directement sur les réseaux sociaux en écrivant en commentaire sur la publication dédiée « J’achète ». Nous reprendrons ensuite contact avec vous (pensez à bien activer la discussion instantanée). Les frais de port sont toujours gratuits. Le moyen de paiement est libre (chèque, virement, paypal, etc.).

La session YWAA #2 débute à 19h ce jour et s’achève demain (12 septembre 2015) 19h.

Nous vous souhaitons une bonne acquisition !

 

YWAA #3 : Set Wallpapers « Dans mon Monde » par Miky-rei